. TR1 TR2 TR3 TR4 TR5 TR6 TR7 TRA TR8 TR AS ROTTR SOTTR LCGOL LCTOO LC GO PORTABLES FILMS LIVRES

                                     Lara Croft News Fans Boutique Le site Contact

L'âge de glace - Director's Cut

L'âge de glace - Director's Cut, Chapitre 11, par Pitoch, le 18 janvier 2006.

Début | Chapitre précédent | Chapitre suivant

Chapitre 11

L'ambiance qui régnait au manoir Croft était plus que morose. Le jeune Bryce était abattu, ainsi qu'Indy, tandis que Lord Carrew, l'avocat, se concentrait sur le dossier. Seul Winston gardait son flegme britannique et ne laissait transparaître aucune émotion. Mais Indy savait qu'il devait certainement être le plus touché par cette histoire. Le vieil avocat referma le dossier et but une gorgée de thé.
- Non, vraiment, j'ai beau relire, dix ans est le minimum que je puisse obtenir si elle est déclarée coupable.
Bryce gémit de chagrin, tandis qu'Indy grogna, les sourcils froncés.
- Il faut faire quelque chose... D'après vous, milord, la police va retrouver le vrai meurtrier ?
- Peu probable. Lara est la coupable idéale, et ils ne chercheront pas plus loin.
- Nous devrons donc faire leur travail.
- C'est en effet notre seule chance d'innocenter Lara. Mais la description qu'elle en a faite est plus que sommaire.
- Je sais. Grand, brun, avec un bouc...
- Oui, et une cicatrice sous l'oeil gauche. C'est maigre, très maigre... Vous... Vous allez bien, docteur Jones ?
Indy venait de se figer, les yeux écarquillés, la bouche ouverte. Bouc. Cicatrice. Mythologie scandinave. L'aéroport. Le bristol ! Indy bondit de son fauteuil, manquant tout renverser sur son passage. Il se jeta sur sa veste et fouilla les poches, à la recherche du petit carré cartonné.
- Docteur Jones ? s'inquiéta l'avocat.
- L'assassin ! Je l'ai rencontré à l'aéroport. Il m'a parlé de... enfin de l'affaire sur laquelle nous travaillions, Lara et moi. Et il avait un bouc et une cicatrice sous l'oeil gauche. Et... Bordel, où j'ai mis cette carte !
- Une carte ? De visite ?
- Oui. Merde !
- L'assassin vous aurait donné une carte de visite. Ce n'est pas très logique...
- Sauf si ce n'est pas lui non plus l'assassin, mais un témoin crucial !
Soudain, Indy jeta sa veste au loin, de rage. Le bristol avait disparu, mais il savait où. Il se revoyait très bien jouer avec, au parloir, et le poser sur la table quand Lara est apparue. Autant dire que la carte est perdue. Peut-être le seul moyen de sauver la jeune femme. Indy maugréa sa bêtise en faisant les cent pas dans le salon. Il s'arrêta soudain.
- Winston ! hurla-t-il.
- Je suis là, docteur Jones, fit calmement le majordome, debout à côté de lui.
- Ah... pardon. Vous auriez un truc pour la mémoire ?
- Un « truc », docteur Jones ?
- Oui, pour m'aider à retrouver la mémoire. Un médicament, une drogue, n'importe quoi !
Winston haussa un sourcil désapprobateur.
- Peut-être une tisane relaxante, alors, proposa-t-il.
- Oui, d'accord, n'importe quoi. Il faut que je me souvienne du nom sur cette carte !
Et il se remit à faire les cent pas.
Indy avait tourné ainsi pendant une bonne heure, avant de se jeter dans un fauteuil, tête en arrière, les yeux fermés. Il resta encore une heure dans cette position, tentant de se remémorer le nom sur la carte. Il avait légèrement progressé : il était maintenant certain que le prénom commençait par un « K ». Mais la suite ? Kevin ? Kurt ? Kenneth ? Kelly ? Indy passa en revue tous les prénoms anglo-saxons qu'il connaissait, sans succès. Aucun ne déclencha en lui la moindre émotion. Il se forçait au calme, contrôlant sa respiration. Il devait retrouver ce nom !
- Ka... fit-il à voix haute. Ka... Ki... Ku... Ku... Ku...
- Kurtis, docteur Jones. Kurtis Trent.
Indy ouvrit les yeux, bondissant de son fauteuil. Devant lui se tenait le jeune homme brun, avec son bouc et sa petite cicatrice sous l'oeil gauche.

***

- J'ai fait ma déposition avant de venir ici, expliqua Trent en prenant une tasse de thé. Scotland Yard devrait être en train d'arrêter le meurtrier, en ce moment. Votre amie sera bientôt libre.
Bryce sauta de joie, tandis que Lord Carrew s'octroya un large sourire. Winston restait flegmatique, mais avait également du mal à contenir sa joie. Seul Indy ne se laissa pas aller à la satisfaction. Au contraire. Parfaitement concentré, il regardait le jeune homme fixement. Celui-ci finit par capter son regard et le lui rendit.
- Docteur Jones ?
Indy sembla hésiter sur la réponse à faire. Il resta encore quelques secondes silencieux.
- Je vous remercie d'innocenter Lara, finit-il par lâcher.
- C'est bien naturel. Elle ne pourra par contre pas éviter le procès pour coups et blessures sur cet éducateur.
- Je sais. Et quand on connaît le contexte, c'est un véritable drame.
- Si vous le dites...
Ils se turent de nouveau, sans se quitter des yeux.
- Alors, reprit Indy, si vous me racontiez tout ?
- Tout ?
- Ce que vous savez.
- La même chose que vous, docteur Jones. Je sais pour la légende de Fenryr, pour la lance d'Odin, pour Lorsenn. Pour Ragnarok.
- Vous voulez aussi rentrer en Asgard ?
- Non. Je veux empêcher quiconque d'y entrer.
- Je compte y entrer.
Trent sourit, mais son regard ne trahissait aucune joie, aucune satisfaction : il était froid comme de la glace.
- Alors je vous en empêcherais.
Indy eut un faux sourire à son tour.
- Je dois y entrer si je veux sauver la planète, fit-il simplement.
- Je pense que vous mesurez mal les conséquences d'une intrusion humaine dans le royaume d'Asgard.
- Et moi je pense que vous mesurez mal l'urgence de la situation.
Un nouveau silence. Un nouvel affrontement psychologique, les yeux dans les yeux. Puis Trent se leva.
- Je vais me retirer, docteur Jones, en vous souhaitant bonne continuation.
- Encore merci pour ce que vous avez fait pour Lara, répondit Indy en se levant à son tour. Et à une prochaine fois, peut-être.
Trent le regarda de biais.
- Docteur Jones, j'ai bien peur que cette éventuelle prochaine fois soit largement en votre défaveur.
Et il sortit. Indy referma derrière lui et le regarda partir par la fenêtre, sur une moto puissante. Puis il fonça vers la cuisine et jeta son dévolu sur une bouteille de scotch. Il espérait que l'alcool allait l'aider à calmer ses nerfs.

***

Lara fut donc innocenter du meurtre de Jack Penny. En lieu et place des assises, elle fut déférer devant un juge de grande instance, afin de recevoir sa condamnation pour coups et blessures envers Alexander West. Celui-ci vint en personne à la barre pour accabler Lara, qui le regardait fixement. Froidement. Elle venait enfin de comprendre qu'elle avait définitivement perdu l'homme qu'elle aimait. Le juge, réputé sévère, condamna la jeune femme à une forte amende, à des dommages et intérêts, et à une peine de travaux d'intérêt général, à effectuer dans l'année au côté de l'éducateur, dans le centre spécialisé de White Chapel. Lara écouta la sentence d'une oreille distraite. Son esprit était ailleurs. Perdu dans ses souvenirs. Souvenirs des vannes d'Alex. De sa façon de parler sexe tout le temps. De son ironie constante. De son comportement avec elle. De sa façon de tout encaisser avec bonne humeur, même les pires catastrophes. Soupirant de chagrin, elle regarda une dernière fois l'homme qu'il était devenu. Puis elle sortit de la salle d'audience sans se retourner.

Début | Chapitre précédent | Chapitre suivant

Donnez votre avis sur cette histoire directement à Pitoch ou sur le forum de Captain Alban.