. TR1 TR2 TR3 TR4 TR5 TR6 TR7 TRA TR8 TR9TR10LCGOLLCTOO PORTABLES LARA FILMS LIVRES LE SITE

                                     Forum News Fans Boutique Mailing-list Contact

Le test de Joystick

Novembre 1996
Novembre 1996
Par Seb


Le meilleur jeu d'action de l'année ?

Tomb Raider est sans aucun doute l'un des titres les plus attendus de cette fin d'année. Pré-version après pré-version, nous sommes tombés sous le charme de son héroïne sexy, de ses décors superbes et de sa joyeuse violence. Le moins que l'on puisse dire c'est que la version finale ne nous a pas déçu, loin de là.

Si Spielberg et son Indiana Jones ont fait de nombreux émules dans le monde du cinéma, jamais référence n'a été aussi claire dans le monde du jeu. Comment, en effet, décrire Lara Croft, l'héroïne de Tomb Raider, autrement que par l'Indiana Jones version féminine. Les deux personnages ont les mêmes goûts pour l'aventure, les courses poursuites dans des temples paumés et oubliés, à dix-mille pieds sous terre, au milieu de pièges plus vicieux les uns que les autres. Tous deux sont accros d'archéologie, prennent leur pied quand ils ont la terre entière à leurs trousses, que tout s'écroule au-dessus de leur tête et qu'à chaque seconde ils peuvent dire ouf, j'ai bien failli mourir cette fois-ci.

Mais je dois bien avouer que, quitte à avoir un aventurier cavaleur à l'écran, je préfère que ce soit une aventurière façon Lara Croft. Sa dégaine on ne peut plus sexy, avec ce petit short moulant, ces godillots fort seyants ma foi, ce visage d'ange et ces seins arrogants, a de quoi réconforter, même au coeur des situations les plus périlleuses. D'ailleurs, Toby Gard, designer et directeur artistique du jeu, que vous avez pu rencontrer au détour d'un précédent numéro de Joystick, nous dit : Quand on se plonge dans un jeu, c'est généralement pour plusieurs heures ; alors, autant que le héros flatte l'oeil.

Après ces propos quelque peu sexistes, les rares demoiselles qui daignent fourrer leur nez dans le monde du jeu sur PC ne nous en voudront pas j'espère, et comprendront notre émoi. Après tout, depuis des années que nous faisons bondir, combattre et courir, que des gros gars musclés et armés jusqu'aux dents... Passons donc à l'histoire de Tomb Raider, et partons de son commencement, même.

A la recherche du Scion

Lara n'a jamais eu à s'inquiéter de ses revenus. Fille de milliardaire, elle aurait pu se la couler douce dans les puissantes demeures paternelles, et ne sortir que pour piller des boutiques de luxe à coups de cartes de crédit. Mais Lara a choisi d'enfiler des tenues kaki, des grolles d'escalade et de courir crapahuter dans la campagne anglaise. Elle a cultivé son corps à la perfection, pour en faire une machine toujours prête à l'action. Lara sait manier les armes, elle adore ça même ; et la mort ne lui fait pas peur, pas plus que celle des autres.

Sa réputation d'aventurière experte en sites archéologiques perdus a bientôt fait le tour du monde, et voilà notre Lara contactée par un puissant syndicat du crime pour aller retrouver le Scion, un objet mythique aux soi-disant pouvoirs surnaturels extraordinaires. Accessoirement, le Scion vaut également une jolie fortune.

L'objet puissant est composé de trois morceaux éparpillés sur la planète : un au Pérou, un en Grèce et un autre en Egypte. Trois sites de rêve pour notre archéologue aventurière, qui ne tarde pas à accepter la mission qu'on lui confie. Mais Lara s'apercevra bientôt que ses commanditaires se soucient peu d'elle, qu'elle est manipulée et qu'on compte bien se débarrasser d'elle une fois son contrat rempli. Elle en fait donc, bientôt, une affaire personnelle, et sa quête se transforme en double quête : récupérer les trois morceaux du Scion et se débarrasser de ceux qui sont devenus ses ennemis. Ils ne la lâcheront pas, et de nombreux espions, tueurs et hommes de main feront des apparitions, arme au poing, tout au long de l'aventure Tomb Raider.

Des décors somptueux

Après à peine une minute de jeu, un premier constat vous saute à la gueule : les décors de Tomb Raider sont magnifiques. Les textures, tout d'abord, sont superbes, bien étudiées et réalistes ; c'est pas compliqué, on s'y croirait. Et l'organisation même de ces décors, de leur structure 3D, est excellente, avec des tas de petits recoins, des tonnes de dénivellations, et une profondeur de champ encore jamais vue dans un jeu vidéo. Certaines scènes donnent tout simplement le vertige. Regardez les photos qui accompagnent ce texte pour vous en convaincre, et imaginez que tout bouge en tout sens, car Tomb Raider reprend le principe des caméras mobiles contrôlés par l'ordinateur. Votre PC s'occupe de choisir le cadre et le niveau de zoom tout seul comme un grand, en essayant de vous en montrer le maximum tout le temps. Ou en tout cas en intégrant les éléments clés dans votre champ de vision. Si, par exemple, un personnage ou un animal se trouve dans la pièce, le PC s'efforcera d'afficher une vue qui l'intègrera à l'écran. Cette technique, pas foncièrement nouvelle, est ici parfaitement maîtrisée, ajoutant une touche cinématographique à votre aventure. De plus - mais vous l'aurez remarqué sur les photos - le personnage de Lara Croft est toujours affiché à l'écran. On la voit pratiquement toujours de dos : idéal pour admirer sa course féline ou sa démarche enjôleuse.

Graphistes et designers de Tomb Raider ont fait un véritable effort quant aux recherches effectuées pour le développement du jeu. Ils ont visionné des tonnes de cassettes vidéo sur la Grèce Antiques, les temples mayas ou égyptiens ; se sont entourés de piles de livres spécialisés. Du coup, vos balades à travers les niveaux de Tomb Raider fleureront bon l'authenticité, même si l'histoire et les lieux sont fictifs. Textures, statues, marches, autels et fresques correspondent à une réalité historique joyeusement secouée et mélangée.

Lara pouvant, à tout moment, tourner la tête et regarder en tout sens, grâce à quelques pressions de touches du clavier bien senties, le joueur se trouve souvent devant des scènes à couper le souffle. Chapeau bas à l'équipe de Core Design nom de Dieu.

Une agilité à toute épreuve

Et que fait notre chère Lara dans ces jolis décors ? Elle saute en tout sens, rebondit, cavale, escalade, court, monte, se faufile partout. Son agilité n'a d'égal que son charme. Le maniement de Lara est aisé, et pourtant ce n'est pas faute de proposer nombre de possibilités de déplacement ; les touches sont bien choisies et simples à utiliser. Lara peut courir, marcher, sauter en hauteur, en longueur ; elle peut s'agripper à peu près n'importe où, tirer sur ses bras et escalader ; elle se déplace sur le côté, habilement, même si elle est accrochée à 500 mètres au-dessus du sol ; elle peut nager et manipuler tout un tas de mécanismes tordus. Lara est aussi extrêmement balaise, et pousser des blocs énormes ou les tirer ne lui fait pas peur.

Toutes ces animations du personnage sont absolument renversantes de réalisme, absolument fantastiques. De plus, elles ont entièrement été réalisées à la main, sans l'aide d'outils high-tech du genre Motion Capture ou autre branlette technologique. Et croyez-moi, le résultat est étonnant. Remarquez, vous n'avez pas à me croire sur parole, il suffit d'installer la démo fournie avec le CD de ce numéro de Joystick pour vous en rendre compte par vous-même.

Mais Lara ne se contente pas d'être une excellente gymnaste, elle a aussi du répondant. Armée dès le départ de deux bons gros flingues qu'elle aime utiliser en même temps, un dans chaque main, façon John Woo, Lara se fera une joie de ramasser des fusils à pompe ou autres uzis. Faut dire que les niveaux de Tomb Raider ne sont pas de tout repos, et toutes sortes de sales bestioles tenteront de l'empêcher d'aller plus avant. Pas uniquement des bestioles d'ailleurs, mais des espions et des assassins envoyés par vos ex-employeurs. Eux aussi prendront leur dose de pruneaux dans le buffet, pas de jaloux.

Cadavres poilus

Ne vous fiez pas à son doux visage, Lara Croft est une tueuse. Hargneuse en plus. La vue du sang, l'odeur de la poudre et le son des balles qui fusent la mettent dans tous ses états. Pour vous en rendre compte, voici quelques jolis cadavres joyeusement expédiés au paradis des cadavres par notre amie Lara. Juste une petite sélection, vous en ferez tomber beaucoup plus tout au long de votre aventure.

Le secret de ma forme

Lara Croft ne tient pas cette forme physique exceptionnelle comme ça, hop, d'un claquement de doigt. Elle a aménagé sa vaste demeure en véritable parcours de commando. Ce niveau d'entraînement permettra de vous habituer aux nombreuses possibilités de déplacement de sauts et d'actions de Lara, votre double pixellisé. Une voix décrit et explique tous les mouvements que vous pouvez effectuer au fur et à mesure de vos déplacements dans les différentes pièces. Et pas n'importe quelle voix, puisque l'éditeur a fait appel à la voix française de Sandra Bullock pour incarner Lara dans le jeu. Un choix bien judicieux.

Va mourir, tyrannosaure

Les bestioles que vous rencontrerez dans Tomb Raider sont superbes, mais sacrément effrayantes. Admirez l'agilité de ce tyrannosaure qui fonce sur Lara, la croque joyeusement, et la recrache toute sanguinolente et mortellement blessée. Ce que c'est beau...

Un jeu à ne pas manquer

Allez, tiens, concluons, inutile de s'étendre plus longuement sur ce chef-d'oeuvre qu'est Tomb Raider. Je me suis d'ailleurs bien efforcé de ne pas dévoiler trop d'éléments de l'histoire, de ne pas montrer les différents décors ou les lieux clés de l'aventure : ça aurait gâché trop de plaisirs futurs aux joueurs potentiels que vous êtes. Vous avez intérêt à passer du stade de joueur potentiel à celui de joueur-joueur, sinon c'est pas la peine d'avoir un PC à la maison.

Rarement jeu nous aura autant captivés. Les niveaux sont nombreux, variés, les énigmes proposées sont bien équilibrées. Côté technique, Tomb Raider est un petit chef d'ouvre, et propose l'un des meilleurs moteurs 3D qu'il m'ait été donné de voir. Les animations sont superbes, les sons excellent, les musiques prenantes, les séquences Full Motion Video qui entrecoupent certains niveaux sont superbes ; bref, on frise le sans faute. On regrettera tout de même les réactions souvent stupides des personnages non-joueurs, des bestioles qui se laissent trop souvent tirer dessus sans réagir de façon adaptée. Mais Tomb Raider est plus un jeu d'aventure, d'exploration et d'adresse qu'un Doom ou un Duke Nukem 3D où on blaste tout ce qui bouge. Le jeu n'en est que plus passionnant et prenant ; on se met à croire, vraiment, qu'on traîne dans des grottes immondes ; on se prend pour Lara, c'est excellent.

Je le répète, Tomb Raider est un des meilleurs jeux PC jamais réalisés, absolument superbe et passionnant, à ne manquer sous aucun prétexte.

Le test

+ : L'héroïne sacrément sexy.
+ : Le moteur 3D excellent.
+ : Le réalisme des décors et leur beauté.
+ : Supporte la carte 3Dfx.
- : Le manque d'intelligence des ennemis.

Technique : 92
Design : 93
Intérêt : 96